Violence et radicalité politique

Publié le 13 Décembre 2018

Violence et radicalité politique
Journalistes et policiers ne cessent de disserter sur la violence des manifestations et la radicalisation politique. Mais la rupture avec l'ordre existant provient moins d'idéologies folkloriques que de pratiques de lutte.

 

Une nouvelle radicalité politique se développe. Les manifestations deviennent explosives. Néanmoins, depuis les années 1980, le niveau de violence semble s’effondrer. Les conflits sociaux sont pacifiés et les affrontements politiques provoquent rarement des morts. Mais les médias et la police participent à la construction d’une « mouvance anarcho-autonome ». C’est même l’ultra gauche qui est désignée, alors que ce terme désigne un courant précis qui comprend notamment le communisme de conseils plus attaché à l’auto-organisation des luttes plutôt qu’à la violence.

Le Vioramil (Violences et radicalités militantes) regroupe des universitaires qui se penchent sur les groupes de droite ou de gauche radicale. De manière douteuse, ils tentent laborieusement d’observer des similitudes entre ces courants opposés. Ces universitaires se penchent donc particulièrement sur le recours à la violence. Leurs recherches permettent surtout d’observer les évolutions de la société et des mouvements contestataires dans un livre sur La violence des marges politiques.

 

                   Couverture de " La violence des marges politiques des années 1980 à nos jours."

 

Gauchisme et lutte armée

 

L’historien Guillaume Origoni étudie le groupe antifasciste marseillais des Francs-Tireurs Partisans (FTP). Entre 1991 et 1998, le groupe d’Yves Peirat fait exploser des locaux du Front National (FN). Cette forme de violence politique provoque des dégradations matérielles, mais aucun mort. Les FTP semblent relier la période d’Action Directe avec celle de la contestation actuelle.

Yves Peirat baigne dans une culture antifasciste liée à la révolution espagnole de 1936. Il se détourne du Parti communiste qui incarne le stalinisme et la trahison. Il se rapproche de la Fédération anarchiste. Mais il rejette le folklore idéologique et se réfère davantage au communisme libertaire. « Il était très important pour nous d’exprimer le militantisme au travers de nos référents culturels, le punk, les Clash, la bande dessinée américaine », indique Yves Peirat. Il découvre l’autonomie italienne qui étend la lutte des classes au-delà des usines, avec les mouvements dans les quartiers et dans la vie quotidienne.

Durant son militantisme étudiant, il valorise l’action directe. Il participe également aux manifestations violentes contre l’extrême droite. Le passage à l’action violente permet de refuser la normalisation du FN. A la fin des années 1980, un antifascisme radical se développe avec le Scalp (Section carrément anti-Le Pen) et les attentats de Black War. Les FTP s’inscrivent également dans la filiation des groupes armés comme la RAF (Fraction armée rouge) allemande et les Brigades rouges italiennes.

La violence des FTP reste populaire et acceptée. L’assassinat d’Ibrahim Bouaram par des colleurs d’affiches du FN déclenche la colère d’une grande partie de la population. Mais les FTP refusent de répondre par le meurtre d’un cadre du FN. Malgré un important comité de soutien, les actions des FTP s’enferment dans une logique groupusculaire qui conduit à l’isolement. Leurs pratiques de lutte sont loin de permettre d’inclure des employés, des ouvriers et des précaires.

 

Aurélien Dubuisson évoque les groupes armés comme Action Directe et les Cellules communistes combattantes. Ces groupes sont issus de la révolte des années 1968, et notamment du mouvement autonome. Ce courant se réfère à l’opéraïsme et au communisme de conseils. Contre les partis et les syndicats, c’est l’action directe et sans médiation des prolétaires qui est valorisée. Les pratiques de lutte reposent sur la spontanéité et l’illégalité.

En France, des groupes de lutte armée émergent avec l’effondrement du maoïsme. Action Directe (AD) multiplie les attentats à la bombe, les mitraillages et les exécutions en France de 1979 à 1987. Les Cellules communistes combattantes (CCC) organisent des attentats en Belgique de 1983 à 1985. Les CCC se regroupent autour d’une idéologie marxiste-léniniste. Au contraire, AD insiste sur les pratiques de lutte. Ce groupe rassemble des autonomes, des anarchistes et des anciens maoïstes. Mais leurs communiqués deviennent de plus en plus idéologiques et jargonnants. Ils ne s’adressent qu’à des lecteurs fortement politisés.

En 1982, une scission traverse Action Directe. Une tendance mouvementiste désire organiser des actions pour soutenir les luttes et les mouvements de contestation. Une tendance frontiste veut s’attaquer aux symboles de l’Etat et de l’impérialisme. C’est le groupe de Jean-Marc Rouillan. Les communiqués d’AD ne visent plus à justifier la violence mais à exprimer la validité de leur choix face à la tendance mouvementiste.

  

           Si le mouvement a été beaucoup moins suivi que les précédentes mobilisations, les violences ont été nettement plus importantes.

    

Radicalisation des mouvements sociaux

 

La politiste Charlotte Thomas-Hébert se penche sur la gauche radicale américaine. La contestation subit une institutionnalisation et une pacification aux Etats-Unis. Néanmoins, un retour de la radicalité politique émerge avec la « bataille de Seattle » en 1999 et surtout depuis la crise économique de 2008. Les mouvements sociaux ne proviennent pas de groupes minoritaires, mais de la société dans son ensemble. Depuis 2011, le mouvement Occupy favorise une radicalisation politique. Néanmoins, la jeunesse révoltée ne se reconnaît dans aucune organisation politique et idéologique. Elle ne semble même pas s’inscrire dans l’héritage des luttes ouvrières américaines. La revue Jacobin tente de rassembler tous les courants du socialisme.

Depuis les lois sécuritaires de 2001, la répression des luttes devient plus féroce. Néanmoins, une nouvelle forme de contestation émerge. Le mouvement Black Lives Matter (BLM) refuse de s’enfermer dans un cadre institutionnel. « BLM (en tant que mouvement) illustre aussi un changement de rapport à l’Etat, puisqu’il cherche à renverser les relations de pouvoir en adoptant des stratégies de mobilisation hors des canaux institutionnels », observe Charlotte Thomas-Hébert. Les luttes locales permettent également d’obtenir des changements politiques concrets et immédiats. Un débat oppose les personnes qui luttent contre les inégalités économiques à celles qui valorisent une logique identitaire dans une démarche postmoderne. La candidature de Bernie Sanders permet de porter un discours critique du néolibéralisme, mais participe également à enfermer les luttes dans un cadre électoraliste.

 

Paolo Stuppia observe l’intervention du mouvement autonome dans la lutte anti-CPE de 2006. Malgré une diversité politique, les autonomes surgissent au moment des luttes et se retrouvent surtout sur des pratiques communes. Ils valorisent les blocages, les actions et les occupations. La « tendance gréviste ni CPE ni CDI » partage « la réfutation du salariat, la méfiance vis-à-vis des syndicats, et l’usage d’un répertoire d’action de transgression », décrit Paolo Stuppia. Ces autonomes refusent le discours des syndicats et de la coordination étudiante qui reposent sur la défense du Code du travail et du CDI. Le discours traditionnel insiste sur l’Etat protecteur et ne remet pas en cause les contraintes sociales. « Il apparaît pourtant que tout contrat de travail garantit seulement les modalités d’une exploitation », souligne le tract d’appel.

Hugo Patinaux se penche sur le mouvement autonome actuel. Ce courant devient très présent dans les cortèges de tête du mouvement social de 2016 contre la loi travail. Les casseurs autonomes cagoulés et vêtus de noirs donnent une autre tonalité que les manifestations syndicales traditionnelles. Les cortèges de tête et les zadistes n’hésitent pas à s’affronter avec les forces de l’ordre. 

Le mouvement autonome actuel est issu de deux courants historiques. Le premier puise dans l’histoire de l’autonomie des luttes. Il s’inscrit dans la tradition du communisme de conseils théorisé par Anton Pannekoek ou Rosa Luxemburg. Il subit également l’influence de l’Internationale situationniste. Ce courant refuse les hiérarchies et critique les partis. De nombreux textes « défendent les mérites des conseils ouvriers et accablent le travail néfaste des organisations syndicales accusées de faire le jeu du capitalisme et de reproduire le système en son sein », décrit Hugo Patinaux. Un autre courant de l’autonomie s’inscrit dans l’anarchisme individualiste. Il valorise les alternatives concrètes et la fuite dans des en-dehors.

Les autonomes pratiquent la violence pour sortir du cadre du militantisme routinier attaché au légalisme et à la négociation. Les cibles sont souvent des symboles du capitalisme, comme les banques ou les assurances. Les graffitis permettent de donner un aspect humoristique à l’action violente. « Une pensée aux familles des vitrines » devient un slogan récurrent.

 

     Qui sont ces Black Blocs accusés des violences du 1er mai

 

Confusionnisme universitaire

 

Le livre du Vioramil permet d’analyser des courants politiques peu connus. Il peut permettre d’éclairer les débats qui traversent les mouvements sociaux. Néanmoins, le livre du Vioramil se présente comme une succession d’études sur des sujets très différents. La laborieuse tentative de regrouper ces divers objets de recherche ne permet pas la moindre clarification politique. Le Vioramil amalgame néo-fascistes et libertaires sans se préoccuper de la moindre rigueur intellectuelle. Certes l’introduction d’Isabelle Sommier vise à déminer ce terrain glissant qui alimente une confusion politique dont profite l’extrême-droite. Néanmoins, l’addition d’études spécialisées donne rarement une réflexion collective brillante.

L’autre angle d’approche qui favorise la confusion, c’est la focalisation sur la violence. Ces travaux universitaires laissent penser que la violence demeure un objectif politique en soi et même un marqueur de radicalité. Ce qui est évidemment abérrant. Des pratiques d’auto-organisation des luttes, en dehors des bureaucraties syndicales, peuvent s’inscrire dans une radicalité politique sans pour autant valoriser la violence.

Le Vioramil évoque les « marges politiques ». Il s’agit de désigner des courants minoritaires et exotiques. Cette approche de la science politique se rapproche d’un Christophe Bourseiller qui multiplie les livres sur les mouvements minoritaires, du fascisme à l’ultra gauche en passant par la « sexualité extrême ». Cette approche réduit ces courants à de simples folklores. Les études insistent alors plus sur le style et le mode de vie que sur la stratégie de transformation sociale.

 

Au sein du mouvement autonome, un clivage clair apparaît. Nicolas Lebourg évoque ces divergences. Les groupuscules armés restent dans l’action symbolique et semblent coupés des masses. Au contraire, les autonomes interviennent directement dans les mouvements sociaux. Ils participent même parfois à leur construction à travers des assemblées de lutte voire même l’organisation de manifestations et d’actions offensives.

Hugo Patinaux propose une typologie encore plus fine et éclairante. Il observe un clivage au sein du mouvement autonome. Un courant s’inscrit dans la lutte des classes et l’autonomie des luttes. Il participe aux mouvements sociaux. Le communisme de conseils semble même se fondre dans les structures d’auto-organisation pour en faire les embryons d’une rupture avec le capitalisme et l’Etat. Au contraire, des autonomes s’inscrivent davantage dans un anarchisme individualiste. Ils valorisent les squats et les alternatives. Ce courant peut également participer aux mouvements sociaux. Mais il s’attache davantage à un folklore de l’insurrection plutôt qu’aux dynamiques de lutte et d’auto-organisation. Malgré ces divergences, ces différents courants ont effectivement participé aux cortèges de tête de 2016 pour sortir du carcan syndical.

La contribution de Charlotte Thomas-Hébert propose une approche pertinente. Plutôt que d’étudier une marge et un mouvement minoritaire, elle analyse le phénomène de la radicalisation des mouvements sociaux. La frontière entre radicaux et modérés n’est pas figée. Dans un mouvement social, des personnes supposées modérées peuvent se radicaliser à travers l’expérience de la lutte et la réflexion collective. Hugo Patinaux évoque également ce phénomène de manière plus discrète. Les autonomes ne veulent pas regrouper un mouvement minoritaire enfermé dans un bocal. Ils veulent participer au mouvement de tous les exploités qui abolit l’ordre existant.

 

Source : Nicolas Lebourg et Isabelle Sommier (dir.), La violence des marges politiques des années 1980 à nos jours, Riveneuve, 2017

Articles liés : 

L'insurrection du printemps 2016

Une analyse du mouvement de 2016

Action Directe et le mouvement autonome

Une histoire de l'autonomie des luttes

 

Pour aller plus loin :  

Vidéo : Isabelle Sommier, Les terrorismes, conférence enregistrée le 12 Janvier 2009 

Vidéo : Isabelle Sommier, Les processus de radicalisation, conférence enregistrée le 21 Septembre 2013 

Vidéo : Isabelle Sommier, Recompositions de l’extrême-gauche dans l’après-68, colloque Mai 68 en quarentaine enregistré le 22 mai 2008 

Vidéo : Isabelle Sommier, CEMTI-Colloque Territoires critiques, enregistré le 3 juin 2014

Video: Isabelle Sommier, Le renouveau de la critique sociale depuis les années 1990, mise en ligne le 10 octobre 2009 

Vidéo : La croisade des C.C.C., émission Devoir d'enquête du 1er juillet 2015

Vidéo : Entretien avec P. Carette (Cellules communistes combattantes), publié sur le site de la Tendance Claire le 28 décembre 2015 

 

La Violence des marges politiques, publié sur le site Fragments sur les Temps Présents le 25 janvier 2018 

Jean-Guillaume Lanuque, Compte-rendu publié sur le site de la revue Dissidences le 3  avril 2018 

Chercheurs.ses, renseignements généraux et pouvoirs publics scrutent le cortège de tête à la loupe, publié sur le site Indymédia le 31 octobre 2017 

Grégory Marin, Paolo Stuppia : « Le Black Bloc n’existe pas », publié dans le journal L'Humanité le 9 mai 2018 

Lucie Alexandre, La violence fait partie d’un corpus idéologique, publié sur le site du journal La Croix le 2 mai 2018

Dossier mouvement CPE (contrat premier embauche) 2006, publié sur le site du Groupe d'études et de recherche sur les mouvements étudiants le 1er avril 2016 

Danièle Obono, Une nouvelle génération politique : les étudiants et le mouvement anti-CPE en France

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article