Les militants anticapitalistes

Publié le 10 Janvier 2016

Les militants anticapitalistes
La sociologie des militants anticapitalistes permet de montrer leurs motivations politiques et les limites de leur action.

 

Des politiques d’austérité imposent des dégradations des conditions de vie. Des mouvements éclatent en Grèce. Des partis comme Podemos s’appuient sur des mouvements de lutte en Espagne. En revanche, les anticapitalistes semblent peu influents en France. Pourtant ce pays connaît une importante tradition de révolte, incarnée notamment par les années 1968. Depuis 2002, l’extrême gauche connait pourtant des succès électoraux. La Ligue communiste révolutionnaire (LCR), groupuscule incarné par Olivier Besancenot, bénéficie même d’un afflux de nouveaux militants. Ses dirigeants décident alors de créer le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) après le succès aux élections présidentielles de 2007.

La sociologue Florence Johsua propose de décrire ce qui motive ces militants dans son livre intitulé Anticapitalistes. Le courant de la gauche radicale fait l’objet de nombreux travaux universitaires, mais pas ses militants. « Les formes de socialisations politiques, leur parcours, le projet qui les anime, les cadres de pensée et de perception qui organisent leur vision du monde, leurs conceptions du juste et de l’injuste, les tactiques et les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour réaliser leur idéal », précise Florence Johsua.

Depuis 2002, la LCR augmente ses effectifs au détriment de sa cohérence théorique. Le dogme trotskyste est abandonné au profit d’un fourre-tout altermondialiste. Surtout la tradition historique de la LCR et la mémoire des luttes semblent méconnues par ses nouveaux militants.

 
                                       

 

Sociologie d’un parti d’extrême gauche

 

La sociologie de la LCR révèle une majorité d’individus qui appartiennent à la petite bourgeoisie intellectuelle. Ces militants sont fortement diplômés et occupent des emplois qui correspondent à leur niveau d’études. Les enseignants, les travailleurs des médias et du spectacle sont bien représentés. Mais les militants de la LCR n’appartiennent pas à la bourgeoisie capitaliste. Leurs revenus semblent relativement modérés. Ces militants sont souvent des enseignants et des travailleurs sociaux qui ont pour fonction d’encadrer les classes populaires. Les effectifs de la LCR se renouvellent en 2002 avec l’arrivée de militants plus jeunes.

La génération 1968 regroupe alors des militants jeunes dans une période de forte agitation sociale et politique. Le modèle bolchevique du « militant professionnel » s’impose. Un engagement à plein temps caractérise les gauchistes « dévoués corps et âme à la révolution », selon l’expression de Lénine. Mais la LCR ne perçoit pas le reflux des luttes. Ce parti s’enthousiasme pour la victoire du Parti socialiste en 1981, avant de comprendre le désastre.

 

Les étudiants des années 1968 qui militent à la LCR rentrent dans le monde du travail. Ils deviennent alors syndicalistes et peuvent participer à l’animation des luttes dans les entreprises. Mais la sociologie des militants reste assez homogène avec « des salariés appartenant aux catégories supérieures et moyennes de la population active, et bien souvent relativement "protégés" car travaillant massivement dans le secteur public », observe Florence Johsua. C’est ce qui peut expliquer le décalage entre le discours de la LCR et les problèmes concrets vécus par les classes populaires.

En 2002, les nouveaux militants de la LCR présentent des profils plus proches de l’ensemble de la société. Ils sont plus souvent issus des classes populaires. Les employés et ouvriers composent un tiers des effectifs. Ce sont aussi des jeunes précaires qui n’ont pas un emploi protégé dans la fonction publique. Mais ces employés sont souvent diplômés et subissent un déclassement social. Leur emploi ne correspond à leurs attentes d’ascension sociale. Les militants de 2002 puisent leur révolte de leur vécu, avec des humiliations et des injustices. Ce profil de jeunes précaires diplômés apparaît similaire à celui des contestataires dans les révolutions arabes ou dans les mouvements Occupy.

 

 

Perspectives politiques des militants

 

Contrairement à la génération 1968, les nouveaux militants de la LCR ne sont pas portés par une espérance révolutionnaire. Ils s’engagent dans un contexte de reflux des luttes sociales et de désagréagation des groupes révolutionnaires.

Mai 68 apparaît comme une répétitition générale. Daniel Bensaïd et Henri Weber se réfèrent au schéma léniniste de prise du pouvoir par une stratégie militaire. La grève générale doit déboucher vers une insurrection guidée par un parti d’avant-garde. Mais, avec le reflux des luttes sociales, ce dogme est fissuré par le doute.

Les nouveaux militants de la LCR n’ont pas de modèle de stratégie révolutionnaire. Ils s’appuient sur les exemples historiques du mouvement de 1936 ou de 1968. Ils insistent surtout les mobilisations sociales et l’auto-organiation. La prise de pouvoir militaire n’est plus évoquée. L’affrontement avec l’Etat peut par exemple se traduire par une « une grève générale mais pas forcément uniquement, ça peut être comme pendant le CPE par la multiplication de manifs, de blocages de facs, d’entreprises, d’occupations », indique Damien.

 

Mais de nombreux militants estiment que le changement social provient des élections  et des réformes. Néanmoins, ceux qui participent à des syndicats ou associations insistent davantage sur les luttes que sur les élections.

Les militants de la LCR constatent que leur parti ne propose aucun véritable projet de société. Seul un programme d’urgence, avec un catalogue de revendications, est proposé. En revanche, le rêve et l’utopie semblent loin. Mais la faillite des anciens modèles, hérités du bolchévisme, introduit un doute légitime.

Certains militants renouent avec une critique de l’aliénation. Joyce propose « une société où tout le monde pourrait s’épanouir ». Les désirs ne se limitent pas à une dimension matérielle. « C’est aussi laisser le temps à chacun d’avoir accès aux loisirs, à la culture, à l’art », suggère Hugo.

Le militantisme s’inscrit dans la temporalité de l’immédiat. Les luttes et activités politiques ne s’inscrivent pas dans un horizon révolutionnaire. Les militants veulent être « crédibles » et faire des « propositions ». Dans un contexte de faible conflictualité politique, la LCR privilégie des stratégies défensives pour faire progresser des revendications transitoires. Mais ce parti ne propose aucune rupture avec le système capitaliste.

 

 

Faillite du modèle militant traditionnel

 

L’histoire de la LCR est marquée par le modèle léniniste du « révolutionnaire professionnel ». Le militantisme traditionnel implique une dévotion totale à l’organisation politique, une discipline de fer et le renoncement aux plaisirs du quotidien. Les nouveaux militants de la LCR rejettent ce modèle. Ils ne consacrent pas tout leur temps au militantisme. Ils préservent des moments pour leurs passions.

Dans les années 1968, l’extrême gauche se caractérise par un activisme débridé, une idéologie forte et un engagement total, sans craindre la violence. Des militants témoignent de « l’activisme forcené qui caractérisait cette période, les réunions, "diffs" (diffusion de tracts), collages, meetings, manifestations et "actions coups de poings" se succèdent à un rythme effréné », observe Florence Johsua. Le film Mourir à trente ans, de Romain Goupil, montre bien cette période d’activisme.

Mais, au milieu des années 1970, le modèle du léninisme est critiqué. Ce militantisme étouffe le désir, la sujectivité, l’individualité. La morale et le sacrifice imposés par la discipline gauchiste sont attaqués. Les groupuscules marxistes-léninistes imposent un modèle de militantisme viril et masculin. Mais les luttes des homosexuels et surtout des femmes vont ébrécher la figure du militant autoritaire. Avec les luttes des femmes, la vie quotidienne et les relations humaines deviennent des problèmes politiques.

 

Le mouvement ouvrier s’attache à une image masculine. La participation des femmes aux grandes luttes collectives reste invisibilisée. L’héroïsme révolutionnaire, la force et le courage sont associés aux hommes. Pour s’imposer dans le parti, les militantes doivent adopter des postures masculines : l’aisance oratoire, la capacité à débattre violemment, à donner de la voix, la combativité. Le modèle du révolutionnaire professionnel et les normes de masculinité restent intériorisés par les femmes elles-mêmes. Les militantes qui ne se conforment pas à ce modèle sont accusées de faiblesse.

Les femmes intériorisent un sentiment d’infériorité par rapport aux hommes. Les militantes évoquent des manques et des inaptitudes supposés. Elles insistent sur leur inculture. Elles privilégient le terrain sur la théorie. Elles reproduisent la division du travail entre dominants et dominés. Les femmes rabaissent et nient leurs qualités sur le plan théorique. La formation politique repose sur une culture scolaire, avec la lecture des savants volumes écrits par Ernest Mandel.

Les discussions politiques ne concernent pas les enjeux concrets de la vie quotidienne, mais l’abstraction théorique et la spéculation économique. « Le niveau des débats, l’exigence intellectuelle, les modalités d’apprentissage et de la prise de parole, combinés à un système de genre qui assoit le magistère de ses principaux dirigeants » sont vécus comme des humiliations, observe Florence Johsua. Les militantes fuient la LCR, perçue comme un groupuscule élitiste et hiérarchisé.

 

Meeting du NPA en avril à Paris.

 

Faillite des partis d’avant-garde

 

Mais le modèle du parti d’avant-garde est contesté dans les mouvements sociaux, dès les années 1968. Les luttes collectives privilégient les assemblées, le refus des hiérarchies, l’autonomie des groupes. La politique ne doit plus renvoyer à un pouvoir centralisé qui donne des consignes d’en haut. Les problèmes des femmes et de la vie quotidienne sont également pris en compte.

Les nouveaux militants se heurtent à la routine gauchiste et à l’inertie du fonctionnement traditionnel. Beaucoup tentent de fuir les réunions interminables, avec des discussions sans fin sans le moindre enjeu. Les militants traditionnels refusent de sortir de leur routine gauchiste. « Pour les faire bouger, pour leur faire faire un truc, dès que t’as une idée c’est niet », témoigne Aïssatou. Les initiatives originales qui sortent du cadre de décision de la cellule sont rejettées, surtout lorsqu’elles ne se conforment pas au moule de l’ennui miltant.

« Il y avait de la musique, il y avait des groupes. Et on s’est fait, mais INCENDIER, parce qu’il y avait pas de message politique : c’était une fête de petits bourgeois… », poursuit la jeune caissière. Les jeunes militantes privilégient la sociabilité et l’action festive. Les vieux militants rejettent le plaisir et estiment que la LCR doit surtout recruter et faire de la propagande pour guider les masses. Pourtant, la lutte politique renvoie également au plaisir d’être ensemble et à une dimension existentielle.

 

De nouvelles formes de lutte existent. L’expérimentation et le refus de toute forme de centralisation sont valorisés. Les luttes et alternatives concrètes priment sur les grands débats idéologiques. Mais il manque à cette démarche une perspective de rupture avec l’ordre marchand.« Ces perspectives de bouleversements de soi et du monde, qui entendent démontrer, en actes, qu’un autre monde est possible, omettent cependant de poser la question de l’affrontement avec le pouvoir d’Etat », analyse Florence Johsua. Avec l’effondrement du marxisme, attaché à la lutte des classes, il manque une perspective commune au foisonnement de luttes locales.

Les deux manières de militer semblent se heurter à des impasses. Le militantisme gauchiste qui vise à construire une organisation repose sur la routine, l’ennui et la soumission à des dirigeants. Le militantisme libertaire se perd dans l’activisme et l’immédiateté sans dessiner la moindre perspective à moyen terme. Il faut alors naviguer de collectifs en collectifs sur des sujets précis à des moments ponctuels.

 

 

Lutte anticapitaliste et vie quotidienne

 

Le livre de Florence permet de penser l’action politique anticapitaliste. Certes, son observation sociologique se centre sur la LCR. Mais ses analyses rejoignent sans doute le sentiment de toutes les personnes qui ont tenté de participer à un groupe pour agir contre le capitalisme. La séparation entre le militantisme et la vie quotidienne ne cesse de perdurer. Néanmoins, la LCR conserve des spécificités d'un parti qui apparaît comme une organisation particulièrement déconnectée des problèmes de la vie quotidienne.

Florence Johsua ne semble pas faire le lien entre la sociologie des militants et leur manque de perspective politique. L’absence d’utopie peut être comblée dans une période de forte conflictualité sociale, en se raccorchant à une vieille idéologie gauchiste. Mais, dans la période actuelle, les militants adoptent surtout des perspectives conformes à leur statut social.

Les organisations d’extrême gauche, mais aussi libertaires, sont largement influencées par une petite bourgeoisie d’Etat. Ces militants ont pour profession d’encadrer les classes populaires, dans l’enseignement ou le social. Leur rapport aux exploités n’est pas celui d’une relation égalitaire. Ces militants ne peuvent qu’adopter la posture d’une avant-garde qui doit guider les masses pour les remettre dans le droit chemin du gauchisme.

Les revendications de ces partis ne font que défendre les intérêts de la petite bourgeoisie d’Etat : la défense des services publics, la régulation de la finance, le CDI pour tous, le SMIC à 1500 euros, la défense des acquis sociaux. Finalement, les militants demandent aux classes populaires de défendre les intérêts de la petite bourgeoisie d’Etat et le statut de fonctionnaire. Leur seule utopie consiste à gérer, voire autogérer, l’administration du capitalisme. Les militants de la LCR et du NPA composent alors une extrême gauche du capital.

 

En revanche, il existe également des luttes concrètes. Les exploités n’ont heureusement pas besoin des militants pour organiser l’auto-défense de classe. Il existe des luttes par rapport à la précarité, au travail, au logement, aux problèmes avec les administrations qui gèrent les aides sociales. C’est dans ces mouvements ancrés dans les problèmes liés à la vie quotidienne qu’il est possible d'ouvrir des perspectives nouvelles.

Des formes de lutte plus festives et décontractées que les réunions interminables et les discours redondants peuvent également permettre de sortir de l’entre soi. Mais les gauchistes traditionnels privilégient le sérieux militant, même pour des activités idéologiques sans grand enjeu. La critique de la civilisation marchande prend une forme trop scientiste. Le désir de détruire l’ordre capitaliste renvoie aussi à une autre conception de la vie. Le monde marchand impose la routine, l’ennui, le conformisme, dans le travail comme dans les loisirs.

Le monde militant ne peut pas se contenter de reproduire ses travers. Les militants qui prétendent combattre l’austérité semblent également très austères. Ils imposent une séparation entre la lutte politique et les plaisirs de la vie quotidienne. Le dépassement du capitalisme passe par la lutte des classes, mais aussi par le jeu, la fête, le plaisir pour changer le quotidien.

 

 

Source : Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, La Découverte, 2015

Extrait du livre publié sur le site de la revue Contretemps

Articles liés :

Contre l'ennui militant

Les nouveaux mouvements contestataires

L’idéologie creuse du "marxisme libertaire"

Le marxisme hérétique de Daniel Bensaïd

La gauche radicale contre l’austérité en Europe

Mai 68, moment de politisation

Congédier la gauche (de gauche)

Le marxisme critique de Karl Korsch

La gauche au pouvoir pour servir le capital

 

Pour aller plus loin :

Vidéo : F. Johsua: "L’adieu au grand soir des militants révolutionnaires"

Radio : Enregistrement sonore de la conférence de Florence Johsua, publié sur le site de l'Université Populaire de Toulouse le 29 janvier 2016

Radio : émissions avec Florence Johsua diffusées sur France Culture

Radio : Qu'est-ce que la gauche du Capital ?, émission de Radio Vosstanie du samedi 29 Juin, publiée sur le site Vosstanie le 12 juillet 2013

Vidéo : Florence Johsua et Laura Raim, Le capital des anticapitalistes, émission publiée sur le site Hors-série le 16 janvier 2016

Vidéo : Table ronde sur l'évolution du NPA

 

Mathieu Dejean, Qui se dit encore révolutionnaire, dans une société qui ne l’est plus ?, publié sur le site du magazine Les Inrockuptibles le 30 novembre 2015

Héloïse Nez, Pérégrinations d’un parti de gauche, publié dans la revue en ligne La Vie des Idées le 13 octobre 2016

Sylvain Boulouque, Militants anticapitalistes : de la LCR au NPA, publié sur le site Nonfiction 28 janvier 2016

Simon Ridley, compte rendu, publié sur la revue en ligne Lectures, mis en ligne le 04 février 2016

Florence Johsua, Trajectoires militantes, publié sur le site de la revue Contretemps

Dossier : le NPA, un chantier politique, publié sur le site de la revue Contretemps

Sylvia Zappi et Florence Johsua, Olivier Besancenot capitalise sur les difficultés sociales, publié sur le site Europe solidaire sans frontières le 24 août 2008

Florence Johsua, La dynamique militante à l’extrême gauche : le cas de la Ligue communiste révolutionnaire, Cahier n° 37, publié sur le site du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po) en avril 2004

Jean-Paul Salles et Georges Ubbiali, Compte-rendu de la thèse de Florence Johsua, publié sur le site de la revue Dissidences en février 2012

Olivier Besancenot et Jonah Birch, Parti et mouvement. Entretien avec Olivier Besancenotpublié sur le site de la revue Contretemps le 21 décembre 2015

Site de l'association RaDar

Repost 0
Commenter cet article