Les situationnistes contre l’urbanisme

Publié le 2 Janvier 2016

Les situationnistes contre l’urbanisme
Les situationnistes analysent la soumission de l'espace public à la logique capitaliste. L'urbanisme permet de penser l'emprise de la société marchande dans notre vie quotidienne.

 

Les situationnistes proposent une réflexion critique sur l’urbanisme et l’architecture. Ils dénoncent les grands ensembles, la rationalité froide et géométrique des villes et le conformisme du mode de vie urbain. Dans un livre collectif sur Les situationnistes en ville, des universitaires se penchent sur cette réflexion novatrice à la fois artistique et politique.

 

                                     

 

Le jeu et la créativité contre l’urbanisme

 

Thierry Paquot évoque l’originalité de la pensée situationniste. Guy Debord insiste sur « l’écologie », les « loisirs », le « jeu » et les « situations ». Contre la monotonie des rues géométriques, Guy Debord propose de créer des ambiances nouvelles à travers la construction de situations. Pour cela, il insiste également sur le jeu et le loisir. « Il faudra inventer en permanence l’attraction souveraine que Charles Fourier désignait dans le libre jeu des passions », résume Guy Debord.

Le travail et l’exploitation avec ses rapports de subordination doivent être supprimés pour rendre ludiques la plupart des activités humaines. Guy Debord s’inspire du livre Homo ludens écrit par le médiéviste Johan Huizinga. « Ne travaillez jamais » demeure le mot d’ordre des situationnistes. Le refus du travail doit permettre de construire une existence intense et passionnante.

Les situationnistes s’opposent également aux loisirs standardisés de l’industrie du divertissement. Ils refusent la compétition et la séparation entre les individus. Ils refusent également la passivité du consommateur. Le jeu doit permettre à chacun d’exprimer sa créativité. Le temps « libre », le sport, le tourisme et autres sorties organisées ne permettent pas de s’épanouir. Le loisir devient alors le prolongement du travail. Au contraire, le jeu et les passions doivent permettre de supprimer l’exploitation capitaliste et l’idéologie du travail. Les situationnistes s’opposent alors aux partis de gauche et aux syndicats qui veulent aménager le salariat et non le supprimer. Les relations humaines doivent reposer sur le plaisir.

 

Chris Younes présente les résistances créatrices contre l’urbanisme. Les situationnistes critiquent la civilisation moderne avec le capitalisme et l’aliénation. Ils s’appuient sur le marxisme pour renouveler la critique radicale de la société bourgeoise. Mais ils insistent surtout sur les conditions de vie des individus et les relations humaines, et pas uniquement sur la transformation des rapports de production. L’architecture et l’urbanisme permettent également de conditionner les individus et leurs sensations. La créativité permet alors d’attaquer la logique capitaliste qui ne se réduit pas à un système économique.

A travers l’urbanisme, l’Etat façonne l’espace public. La circulation en voiture et le confort chez soi deviennent les deux objectifs imposés. L’habitat se transforme progressivement en « cimetières de béton armé où de grandes masses s’ennuient à mort ». L’urbanisme impose la circulation et renforce la séparation entre les individus. L’isolement se renforce au détriment des possibilités de rencontres.

Les situationnistes proposent une transformation qualitative de la culture et de la vie quotidienne à travers la créativité. L’existence doit devenir une œuvre d’art, contre le règne de la banalité et de l’ornement superflu. Les situationnistes proposent un urbanisme unitaire qui se traduit par l’invention de « villes mouvantes » à travers un « espace social condamné au renouvellement créatif ». Les personnes ne sont plus fixées à un quartier ou à un point de l’espace. Le jeu et les passions doivent briser le carcan de la routine du quotidien. La dérive doit permettre de traverser l’espace pour découvrir des ambiances nouvelles. L’architecture doit alors permettre d’expérimenter de nouvelles manières de vivre pour réaliser les désirs.

 

      DEBORD, The Naked City

 

La dérive situationniste

 

Tiziana Villani revient sur la dérive. Les situationnistes refusent l’urbanisme moderne qui impose une accélération des rythmes de déplacement avec travail et loisir qui se confondent. L’existence se réduit à la consommation pour devenir vide de sens et de projet.

La dérive psychogéographique considère la ville comme un espace public à reconquérir. Le passage à l’acte doit favoriser une ouverture contre la ségrégation urbaine. « La dérive est une technique de passages rapides par des "environnements" différents », résume Guy Debord. La dérive s’oppose également à l’accélération et à la planification du temps. Le quotidien doit changer de tonalité affective. L’espace urbain ne se réduit plus à des flux de production, de consommation et de communication.

Les situationnistes rencontrent Henri Lefebvre qui insiste sur l’importance politique de la vie quotidienne. Selon le philosophe, le quotidien ne se réduit pas à l’aliénation mais peut aussi devenir le point de départ d’un processus d’émancipation. La ville et l’urbain demeurent le cadre de cette vie quotidienne à transformer.

 

Thierry Paquot évoque les dérives nocturnes. Cette pratique consiste à déambuler sans suivre un parcours ou une destination précise. Une dimension ludique, mystérieuse, excitante doit guider le trajet. Ce jeu avec l’inconnu se pratique également à plusieurs. Chacun échange sur ce qu’il ressent en découvrant sa ville de manière différente. « Nous errions de cafés en cafés, nous allions où nos pas et nos inclinaisons nous menaient », témoigne Ralph Rumney.

La dérive doit permettre de bouleverser le quotidien et de provoquer des aventures. La société doit reposer sur le jeu. Des cartes permettent de relier les quartiers et les états d’âme qu’ils provoquent. L’architecture peut également créer des ambiances et des émotions nouvelles.

Raoul Vaneigem estime que la dérive doit permettre de briser la routine du quotidien pour intensifier l’existence. « La construction des situations fondait sur le jeu et l’affranchissement des désirs un projet social où, pour la première fois dans l’histoire, la volonté de vivre se substituait à la volonté de puissance », analyse Raoul Vaneigem. Johan Huizinga insiste sur le jeu contre les rapports humains fondés sur le travail et la compétition. La dérive peut s’apparenter à un jeu qui ne recherche aucune forme de préoccupation ou de rentabilité. La logique du don et de la gratuité doivent remplacer l’échange marchand. Patrick Straram préfère la dimension sensuelle de la dérive à sa théorisation. Il consomme beaucoup d’alcool. L’amour, le flirt, la séduction permettent d’érotiser la ville.

La dérive permet de donner une dimension ludique à la ville pour inventer un nouvel « art de vivre ». Mais la dérive seule s’apparente à une simple déambulation. Cette pratique doit au contraire s’inscrire dans la perspective de l’invention d’une nouvelle conception de l’urbain.

 

 

 

Les utopies urbaines

 

Patrick Marcolini présente les utopies situationnistes sur la ville. Les dérives permettent d’expérimenter de nouvelles ambiances, à travers une démarche ludique. Des évènements perturbants et des rencontres sont provoqués. Photographies, maquettes et cartographies de dérives doivent ensuite permettre d’inventer une ville nouvelle.

Constant propose un projet de New Babylon. Mais les situationnistes critiquent sa démarche qui s’apparente à celle d’un urbaniste technocratique. Ils dénoncent sa volonté d’ « intégrer les masses dans la civilisation technique capitaliste ». L’utopie d’une ville nouvelle ne peut pas se conformer et s’adapter aux normes de l’ordre social.

L’utopie situationniste sur la ville reflète la société des Trente glorieuses et le marxisme productiviste qui croit aux promesses du progrès technique. Mais les situationnistes réactivent également une critique romantique qui s’appuie sur la nostalgie pour un passé révolu. Ils privilégient les ruelles des villes historiques pour leurs dérives. Mais cette nostalgie doit nourrir l’invention d’une société nouvelle.

 

Guy Amsellem évoque la relation entre l’art et l’architecture dans la pensée situationniste. La subversion de l’esthétique doit déboucher vers une esthétique de la subversion. Les situationnistes refusent la séparation de l’art et de la vie quotidienne. Ils aspirent à dépasser la pratique artistique qui doit se fondre dans une démarche révolutionnaire.

Le peintre Asger Jorn cherche à élargir le champ de l’art à toutes les activités humaines. Avec le mouvement du Bauhaus, il tente d’abolir la séparation entre l’art et l’architecture. Il évoque « une académie sans peinture, sans recherche dans le domaine de l’image, des fictions signes ou symboles » pour décrire le nouveau Bauhaus. La maison ne doit plus se réduire à une simple habitation mais doit devenir une « machine d’expression humaine et universelle ».

Les situationnistes attaquent également l’art comme spécialisation professionnelle séparée de la vie. Le dépassement de l’art doit briser la séparation entre l’artiste et le spectateur. Chaque personne soit pouvoir exprimer sa créativité. Guy Debord propose une société sans classes dans laquelle « il n’y aura plus de peinture, mais des situationnistes qui, entre autres choses, feront de la peinture ».

 

 

Lutte des classes et critique de la vie quotidienne

 

Il semble important de distinguer deux approches sur la critique de l’urbanisme. La clarification politique sur ce sujet devient essentielle pour les situationnistes. Durant une première phase, incarnée par Constant, les situationnistes proposent des utopies urbaines. L’art doit permettre d’embellir la ville. La cartographie, l'art et l'architecture doivent redessiner l’espace public. Mais, dans une seconde phase, Raoul Vaneigem permet une clarification indispensable. Il refuse la simple amélioration de l’urbanisme. Au contraire, la lutte des classes doit permettre la destruction de l’urbanisme qui révèle la colonisation de la marchandise dans la vie quotidienne. L’art ne doit plus se contenter d’un statut décoratif. Mais la créativité et le jeu doivent rendre la vie passionnante. Les situationnistes ont permis d’articuler lutte des classes et critique de la vie quotidienne. C’est cette cohérence qui fonde la force et l’actualité de leur critique unitaire du monde marchand.

Au, contraire, les sociologues contemporains s’évertuent à séparer lutte des classes et vie quotidienne. Anne Clerval ou Jean-Pierre Garnier insistent sur la lutte des classes qui traverse l’espace urbain. Mais cette approche tend vers un réductionnisme économique. L'urbanisme serait un simple reflet du capitalisme. Mais la séparation, l'isolement et l'absence de rencontres ne sont pas évoqués par les sociologues. Surtout, les universitaires ne proposent aucun dépassement du monde marchand. Le jeu, la créativité, l’utopie et le désir ne font pas partie de leur vocabulaire. La critique situationniste est alors soigneusement occultée au profit d’un marxisme académique. Pire, Jean-Pierre Garnier se réfère à Michel Clouscard. Ce philosophe, stalinien et réactionnaire, vomit la révolte de Mai 68. Il rejette notamment la critique libertaire de la bureaucratie et le désir de transformer le monde pour changer la vie. La dimension ludique et libertaire de la révolte ne serait qu’un complot capitaliste. Les universitaires peuvent donc critiquer l’urbanisme de manière théorique, mais pas l’emprise de la marchandise sur la vie quotidienne.

 

En revanche, il faut également remettre en cause l’approche de Thierry Paquot et sa bande. Ces sociologues veulent embellir la ville mais occultent les clivages de classe. Cette approche semble problématique dans le contexte d’un embourgeoisement urbain. L’art et l’amélioration du cadre de vie débouchent surtout vers une augmentation des loyers. Les classes populaires sont alors chassées des centres villes. L’utopie urbaine se met alors au service d’une petite bourgeoisie intellectuelle avide de transgression et de confort. La critique de la vie quotidienne ne doit pas se séparer de la lutte des classes au risque de sombrer dans le loisir sophistiqué.

La contribution de Laurent Gervereau semble révélatrice de cette approche. Ses analyses reprennent les lieux communs de l’époque. Il estime que les classes sociales ont disparu, remplacées par le clivage entre le peuple et l’oligarchie. Il propose des alternatives locales à base de tri sélectif. Il insiste sur la « prise de conscience » écologique. Il justifie même la répression policière par la violence des manifestants. Ce bavardage de Laurent Gervereau révèle la médiocrité de la classe intellectuelle. Si la société a évolué, les classes sociales perdurent.

La pensée situationniste ne doit pas se réduire à une pièce de musée mais doit nourrir les analyses sur les nouvelles formes d’aliénation. Il semble indispensable de renouveler la pensée situationniste sur l’urbanisme et sur le capitalisme. Il faut refuser cette séparation entre la lutte des classes et la critique de la vie quotidienne pour renouer avec une approche unitaire qui attaque la totalité du monde marchand. La révolte sociale doit permettre d’inventer un monde sans hiérarchie pour permettre l’épanouissement des désirs et des utopies.

 

Source : Thierry Paquot (dir.), Les situationnistes en ville, Infolio, 2015

Articles liés :

 

Pour aller plus loin :

Vidéo : Emmanuel Guy, Dérive et psychogéographie, conférence enregistrée à la Bibliothèque nationale de France le 27 avril 2013

Vidéo : Chris Younes, Les paradoxes de la création, conférence diffusée sur le site France Culture Plus le 8 avril 2015

Vidéo : Chris Younès, Colloque sur les défis urbains contemporains, enregistré à Bratislava en 2013

Radio : La vie est un roman # 02, émission diffusée sur Radio Aligre en février 2016

Radio : émission avec Thierry Paquot diffusée sur France Culture

 

Politikon Urbain, L’urbanisme situationniste : une notion à la dérive, publié sur la revue en ligne Le Comptoir le 29 novembre 2014

Henri Lefebvre et Kristin Ross, Sur les situationnistes. Entretien inédit d’Henri Lefebvre avec Kristin Ross, publié sur la revue en ligne Période le 6 novembre 2014

Philippe Simay, « Une autre ville pour une autre vie. Henri Lefebvre et les situationnistes », publié dans la revue Métropoles n° 4 en 2008

Yves Bonard and Vincent Capt, « Dérive et dérivation. Le parcours urbain contemporain, poursuite des écrits situationnistes ? », publié dans la revue Articulo - Journal of Urban Research, Special issue 2, en 2009

Juliette Volcler & Julia Zortea, Dessiner une carte avec trois orangers, publié sur le site du journal Article 11 le 28 avril 2015

Thierry Paquot, Le jeu de carte des situationnistes

Sophie Chapelle et Thierry Paquot, Vers un urbanisme sensoriel – entretien avec Thierry Paquot, publié sur le site de la revue Mouvements le 3 avril 2009

Jean-Pierre Garnier, La volonté de non-savoir, publié dans la revue Agone 38 et 39, le 23 mai 2008

Jérémy Frontin, Spectacle urbain. À qui s'adresse la ville contemporaine ?, publié dans la revue Dérivations # 1 en septembre 2015

Repost 0
Commenter cet article

gervereau 05/02/2016 08:15

On m'a signalé votre article. J'y ai noté que le seul moment de mépris hâtif concerne ma contribution. Comme c'est aussi le seul article qui, partant des thèses situationnistes, tente, non pas de les critiquer mais d'essayer de comprendre comment on peut les repenser dans l'univers actuel, votre agacement désinvolte prouve la révérence religieuse en cours. Vous n'avez pas dû lire mes nombreux livres, dont "Asger Jorn, critique de l'image quotidienne" ni vu mon film "Politically InKorect !". C'est ainsi, peu importe, j'ai une certaine habitude de l'inculture généralisée. Elle ne touche pas seulement celles et ceux qui ne sont en rien des "élites", elle touche malheureusement aussi leurs détracteurs. Laurent Gervereau

Zones subversives 27/03/2016 19:57

Désolé pour le "mépris hâtif", et pour mon inculture. Au delà du ton polémique, il existe un vrai clivage entre une pensée Europe Ecologie qui transpire de votre texte et une critique radicale de la vie quotidienne. S'appuyer sur les situationnistes pour renouveler une social-démocratie à bout de souffle, c'est très bien. En revanche, mon propos vise à clarifier des positions politiques qui semblent largement édulcorées dans votre texte.
On peut évidemment renouveler la pensée situationniste et je ne suis pas un gardien du temple. Mais il me semble plus pertinent d'analyser les nouvelles formes d'aliénation plutôt que de reprendre le discours confusionniste sur l'oligarchie. Le débat se situe au niveau politique, pas de savoir qui est le plus cultivé. Je n'ai évidemment pas cette prétention.

France Lhoir 02/01/2016 12:22

Tout cela me semble bourré de pré-supposés comme, par exemple, l'envie de jeu. Toutes les personnes, passé l'enfance, n'aiment pas jouer. Elle peuvent vouloir construire une trajectoire logique et stable qui écarte les hasards d'un processus de jeu. Ou s'ennuyer très vite dans des errances telles qu'on les pratique aujourd'hui la nuit à travers la ville, sans autre but que de voir ce qui s'y passe. Quant à la créativité (un mot bien galvaudé aujourd'hui), elle n'est pas forcément possible là où l'éducation (liberté d'esprit) n'est pas ou peu présente, c'est à dire chez les plus faibles. Il en sera de même pour la création artistique où d'aucuns se contenteront de copier au plus vite ce qu'ils ont engrangé, des reliquats naïfs et stupides, l'éducation esthétique manquant tout autant que le sens de l'effort, car la création artistique demande un processus de recherche et d'effort dont sont, parfois, seuls exonérés les talents et les génies.. Enfin, tout cela me semble encore centré sur l'égo cette illusion de différence qu'entretien ou crée le capitalisme.

Zones subversives 04/01/2016 17:41

Le jeu, la créativité et le plaisir doivent être valorisés, mais dans une perspective émancipatrice. Ces notions ont largement été récupérées par « Le nouvel esprit du capitalisme », pour reprendre le titre d’un livre sociologique. C’est pour cela que je propose de relier la critique de la vie quotidienne et la lutte des classes.

En revanche, je ne suis pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle « la création artistique demande un processus de recherche et d'effort ». Il s’agit alors d’une conception bourgeoise de l’art, telle qu’elle existe dans notre société marchande.
Mais la créativité et le jeu ne suppose aucun talent, sinon celui de s’affranchir des conditionnements et des normes sociales. La créativité doit sortir de la sphère marchande et cesser de se conformer aux critères des galeries d’art. Mais cela suppose peut-être d’abattre l’ensemble de la civilisation marchande dans laquelle notre imagination et nos désirs restent cloisonnés.