Les jeunes situationnistes

Publié le 3 Janvier 2019

Les jeunes situationnistes
Avant l'insurrection de Mai 68, une bande d'artistes bohèmes hantent les rues du quartier latin. Ils refusent le travail et le conformisme de la société bourgeoise. Ils veulent faire la révolution pour changer la vie. 

 

Les artistes du mouvement situationniste restent peu connus. La personnalité de Guy Debord éclipse les autres composantes de ce courant diversifié. Avant la révolte de Mai 68, des artistes expriment une critique des valeurs bourgeoises et d'une société conformiste. Gérard Bérreby recueille les témoignages de personnalités qui ont participé à l’aventure situationniste.

 

Jean-Michel Mension et les jeunes lettristes

 

Jean-Michel Mension participe à l’aventure des jeunes lettristes. Son témoignage est recueilli dans le livre La tribu. Jean-Michel Mension grandit dans une famille modeste de militants communistes. Mais le jeune homme révolté rejette autant le stalinisme que la bourgeoisie. Dans les années 1950, Jean-Michel Mension participe à la faune des jeunes lettristes. Il fréquente la bohème du quartier latin. La bande boit beaucoup et fume du hasch. Ils fréquentent également des Algériens dans un contexte de guerre coloniale. « De participer à la vie des Maghrébins c’était une façon très claire de prendre parti contre la bourgeoisie, contre les cons, contre les Français », témoigne Jean-Michel Mension. La bande du café Chez Moineau forme une véritable tribu.

Jean-Michel Mension rencontre Guy Debord, qui oriente sa révolte vers la théorie et la réflexion politique. « Nous, nous avions un but très généraliste, détruire ce monde et après se mettre à causer de ce qu’on pourrait mettre à la place, et lui avait quand même une vision du comment le détruire », observe Jean-Michel Mension. Jean-Louis Brau et Gil Wolman participent également à l’Internationale lettriste. La scission avec Isou et son mouvement lettriste est liée à des causes politiques. Le groupe ne veut pas se contenter de produire de l’art, mais aspire à se tourner vers une action révolutionnaire. Les jeunes lettristes sabotent le festival de Cannes et dénoncent le vedettariat autour de Charlie Chaplin.

 

         01

 

Le peintre Ralph Rumney

 

L’entretien avec le peintre Ralph Rumney est publié dans le livre intitulé Le Consul. Comme Marcel Duchamp, Ralph Rumney estime qu’un peintre ne se réduit pas à ses œuvres. Il se définit même comme un artiste sans œuvre. C’est alors la démarche créative qui prédomine sur la production.

Ralph Rumney grandit dans un milieu populaire, près de Newcastle en Angleterre. Mais il baigne dans le mouvement socialiste qui valorise les livres et les discussions intellectuelles. Cependant, dès l’âge de sept ans, Ralph Rumney est envoyé dans une école privée. Il vit très mal cette société très hiérarchisée et la normalisation imposée par le système scolaire. Il découvre l’art et la peinture surréaliste. Ce mouvement correspond à son goût pour la transgression face aux contraintes sociales. « On créait et on crée toujours autour de nous un système de pouvoir destiné à brimer la créativité et à contrôler la sexualité des gens », observe Ralph Rumney. Dans les bibliothèques, il découvre également la littérature érotique de Sade et les écrits de Karl Marx. Ralph Rumney rencontre même l’historien communiste Edward P. Thompson. Il abandonne une école des Beaux-arts dont l’enseignement semble trop traditionaliste.

Ralph Rumney s’intéresse à l’architecture et à l’urbanisme. Il regrette la vieille ville de Londres défigurée par la multiplication des grands axes routiers. « Moi, je voulais que Londres soit faites de cités piétonnes. J’aurais souhaité qu’elle redeviennent un ensemble de quartiers comme à ses origines », indique Ralph Rumney. Pour fuir le service militaire, il se réfugie à Paris. Il découvre le quartier de Saint-Germain-des-près qui cultive « le culte de la pensée et de la boisson ». Il rencontre Guy Debord et les jeunes lettristes du café Chez Moineau.

Ralph Rumney retourne à Londres et se lance dans la peiture. Il crée également la revue Other Voices. Après sa rencontre avec Pegeen Guggenheim, fille de Peggy, il vit avec elle. Il rencontre également les poètes de la beat generation comme Williams Burroughs et Allen Ginsberg. A Londres, Ralph Rumney organise des conférences sur le situationnisme. Il projette le film Hurlements en faveur de Sade avec son écran noir. Les spectateurs hurlent pour protester. Mais une autre projection du film fait salle comble.

 

        

  

La créativité des situationnistes

 

Ralph Rumney continue sa correspondance avec les lettristes. Il participe même à la fondation du mouvement situationniste à Cosio d’Arroscia en 1957. « Nous sommes restés saouls pendant une semaine. C’est ainsi que l’Internationale situationniste a été crée », témoigne Ralph Rumney. Le mouvement Dada, les surréalistes et les lettristes inspirent les situationnistes. Le Rapport sur la construction des situations propose un bilan critique de ces courants artistiques pour inventer un nouveau mouvement. La revue Internationale situationniste est crée. C’est Ralph Rumney qui propose une couverture métallisée. Il a déjà utilisé ce style dans ces peintures.

Avec Asger Jorn et Yves Klein, une peinture situationniste semble émerger. Des œuvres collectives sont créées. « Un soir où nous étions saouls, Jorn, Klein et moi avont faits un tableau dont la réalisation ne m’a laissée aucun souvenir », précise Ralph Rumney. Après le vernissage d’une de leurs expositions à Bruxelles, les situationnistes entament une visite psychogéographique de la ville. Ce qui consiste à s’arrêter à dans tous les pubs qui se trouvent sur le chemin. Ralph Rumney continue ses expérimentations artistiques. Il détourne un magazine de romans-photos pour créer un plan psychogéographique de la ville de Venise. Il propose des parcours inédits qui permettent de relier chaque quartier à une ambiance nouvelle. Il valorise le dépaysement plutôt que les traditionnelles balades touristiques.

Ralph Rumney décrit sa manière de peindre. Il mélange des couleurs et se laisse guider par son inspiration. Il s’appuie sur la spontanéité. « D’une certaine drôle de façon, les tableaux se peignent eux-mêmes. Même si j’ai fait des tableaux complètement concertés, je n’aime pas l’idée de l’artiste maîtrisant totalement son dessin au lieu de le laisser évoluer naturellement », décrit Ralph Rumney. Le peintre situationniste critique l’artisme qui consiste à répéter une idée à l’infini pour produire un art marchand et commercial.

 

      Ed Van der Elsken, Jean-Michel et Freddy  rue du Four, Saint-Germain des Prés, ca 1951.

 

La vie quotidienne des situationnistes

 

Ces témoignages recueillis par Gérard Bérreby témoignent de la vie quotidienne des jeunes lettristes et des situationnistes. Loin de se réduire à des anecdotes, ces entretiens dévoilent toute une ambiance urbaine et populaire. Les romans de Michèle Bernstein décrivent également ces aspects. Mais les entretiens apportent une documentation historique. Le mouvement situationniste prétend bouleverser tous les aspects de la vie. Mais, loin de se réduire à une simple posture théorique, cette démarche s’expérimente au quotidien.

Pour autant, Gérard Bérreby ne cherche pas à sanctifier un mythe. Il aborde frontalement l’épineuse question des exclusions. Guy Debord apparaît bel et bien comme un chef de bande. Il impose un modèle issu des avant-gardes artistiques. Il adopte la posture d’un André Breton qui exclue des personnes pour diverses raisons. Cette pratique révèle des relations humaines brutales. Les exclusions politiques s’accompagnent de ruptures amicales.

Néanmoins, ces témoignages révèlent également une vie quotidienne qui se laisse porter par l’imprévu et la créativité. Les jeunes situationnistes ne dépendent d’aucun travail et ne se conforment pas à un emploi du temps. Ils explorent l’espace urbain et surtout les bars. Ils forment une petite bande d’artistes bohèmes. Leur créativité conserve une approche ludique, et parfois collective. Même si Ralph Rumney reste attaché au rôle de l’artiste professionnel. Le quotidien des jeunes situationnistes permet au contraire à chacun de créer et d’expérimenter.

En revanche, les situationnistes réduisent encore la révolte à un mode de vie. Ils refusent le travail pour mener une vie libre. Mais cette démarche semble alors proche d’un anarchisme individualiste et de la tradition des en-dehors. Les jeunes lettristes vivent dans une bulle sans chercher à transformer l’ensemble de la société. Surtout qu’ils vivent surtout de vol et de mendicité, ce qui est loin d’être un idéal. C’est lorsque cette expérimentation du quotidien rencontre les théories révolutionnaires que l’Internationale situationniste devient un mouvement incontournable.

C’est l’ensemble du prolétariat, et non une seule faune marginale, qui doit rendre sa vie passionnante. Les situationnistes restent attachés à la dimension créative, mais la complète par les apports des meilleures traditions du mouvement ouvrier. C’est la lutte des classes et la destruction de la civilisation marchande qui doit permettre de vivre pleinement.

 

Source : Jean-Michel Mension, La tribu, Allia, 2018

Source : Ralph Rumney, Le Consul, Allia, 2018 (1999)

 

Extrait publié sur le site Homme moderne 

 

Articles liés :

Michèle Berstein et la vie des situationnistes 

La vie de Guy Debord

Guy Debord, poète et révolutionnaire

Les situationnistes, artistes et révolutionnaires

L'art pour passionner la vie

Raoul Vaneigem et les situationnistes

La révolte libertaire de Mai 68

 

Pour aller plus loin :

Vidéo : Ralph Rumney, artiste situationniste méconnu (Marseille) 

Radio : Gérard Berréby (2/5) 1968, toutes voiles dehors !, émission diffusée sur France Culture le 22 mai 2018

Radio : Gérard Berréby (3/5) Bac -1, sur les traces de l’Internationale situationniste, émission diffusée sur France Culture le 23 mai 2018 

Radio : Guy Debord (1931-1994), une oeuvre à détourner, émission diffusée sur France Culture le 11 novembre 2017 

Radio : Passionnément – Le Consul (1ère partie), diffusée sur Radio Grenouille 

 

Revue de presse du livre La tribu publiée sur le site des éditions Allia 

Revue de presse du livre Le Consul publiée sur le site des éditions Allia 

Mathieu Dejean, Aux origines de l’esprit de Mai 68: l'histoire tumultueuse de l'Internationale lettriste, publié sur le site du magazine Les Inrockuptibles le 30 janvier 2018

Patrick Marcolini, Les situationnistes et le dépassement de la morale, publié dans la revue Nouvelle revue d’esthétique n°6 en 2010 

Olivier Favier, Poussière du jour. Le Paris d’Ed Van der Elsken, publié sur le site Dormira jamais 

Aris Papatheodorou, « J’avais un impératif besoin de liberté », publié sur le site de la revue Multitudes

Alexis Violet, un rebelle de toujours, nous a quitté le 6 mai 2006, publié sur le site Rebellyon le 6 mai 2018 

Alain Léauthier, Le copain Debord, publié sur le site du journal Libération le 17 avril 2001 

Serge Quadruppani, Salut à Alexis, publié le 10 mai 2016 

Jean-Michel Mension, journaliste et écrivain, publié dans le journal Le Monde le 9 mai 2006 

Ralph Rumney sur le site de l'Homme moderne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Luc Nemeth 05/01/2019 15:47

Bonjour. On peine à comprendre comment un article qui relève au mieux de l'ignorance crasse et au pire, de la désinformation méthodique, a pu se retrouver repris ici... Le mérite des situationnistes (par rapport à toutes les avant-gardes, artistiques et autres, qui avaient précédé) fut précisément de rappeler le lien entre cette riche activité, et les luttes prolétaires...

Joëlle Berthon 04/01/2019 16:00

Cet article est très superficiel.. Il dénature complètement le mouvement fondé non pas sur l'art mais la pensée, non pas sur le déni du travail mais une autre conception du travail. .. En définitive cet article reste anecdotique, il ne dit rien d'essentiel, en particulier sur l' irruption d'un système de pensée tout à fait insurrectionnelle.. On ne devrait pas diffuser de telles aberrations...