L'explosion Dada

Publié le 3 Décembre 2011

L'explosion Dada
Dada regroupe des artistes et des poètes dans l’Europe ravagée par la Première guerre mondiale. Ce mouvement aspire à la destruction de l’art pour généraliser la créativité.

 

Plutôt que de décrire et commenter la production artistique du mouvement dada, qui croupit actuellement dans les musées, cet article s’attarde sur sa démarche résolument libertaire. L’esprit dada, joyeusement transgressif, ne pourra jamais baigner dans quelque formol artistique et culturel que ce soit.

Marc Dachy présente dada comme une manifestation radicale de la vie à travers une poétique de l’insurrection. Dada est souvent présenté comme un mouvement nihiliste et humoristique. Son importance sur le plan artistique et théorique demeure occultée. Dada exprime une révolte contre « la puérile manie d’autoritarisme [qui] veut que l’art lui-même serve à l’abrutissement des hommes », estime Arp. Dada est souvent décrit comme un mouvement de destruction de l’art mais produit également une intense créativité.

 

Le mouvement dada émerge sur les décombres de la première guerre mondiale. L’ambiance des conférences provocatrices du Cabaret Voltaire à Zurich en 1916 marque les débuts de dada. Le mouvement se prolonge à Berlin, dans une effervescence révolutionnaire, puis à Barcelone, New York et Paris. 

Dada multiplie les manifestes, avec un sens de la provocation qui raille les milieux établis, et exprime une importante élaboration théorique. La logique et les hiérarchies sont violemment critiquées pour libérer la spontanéité individuelle dans la « folie du moment » et l’expression de la vie. La créativité de dada, dans ses propres revues et cabarets, piétine joyeusement toutes les instances de légitimation culturelle et politique dont la façade libérale et moderne ne parvient pas à masquer l’autoritarisme. L’esprit libertaire de dada exerce une influence sur toutes les avant-gardes du XXème siècle : Cobra, les situationnistesFluxus.

 

                         dada6.jpg

 

L’émergence d’une révolte

 

En 1913, Marcel Duchamp expose son Nu descendant des escaliers dans une armurerie de New York. Cette œuvre, refusée à Paris et à Barcelone, illustre la période pré-dada, avant le déclenchement de la guerre. Marcel Duchamp et le mouvement dada se réfèrent à l’individualisme anarchiste de Stirner et Nietzsche. Arthur Cravan apparaît également comme un précurseur du mouvement dada, autant par sa manière d’écrire que de vivre.

 

En 1915, dans le contexte de la guerre, Zurich abrite les milieux pacifistes et contestataires. Le Cabaret Voltaire devient le lieu de ralliement du premier mouvement dada. Hugo Ball crée la revue Cabaret Voltaire et Tristan Tzara fonde Dada. Ce groupe développe une intense activité créatrice qui dépasse la question de l’art pour bouleverser la vie elle-même. Dada critique toutes les académies à commencer par l’art moderne incarné par le cubisme et le futurisme. Le Manifeste dada proclame un souffle de destruction et de « folie indomptable ». Le mot dada exprime un refus de toute logique. La légende veut que le terme soit choisit au hasard en ouvrant un dictionnaire. Musiques, danses, manifestes, poèmes, tableaux costumes : la prestation du 14 juillet 1916 illustre la provocation dada. 

Pour Tzara et les dadaïstes, la transformation de la vie passe par l’expression artistique et non par la littérature, prisée par les surréalistes, ou par le combat révolutionnaire traditionnel. La peinture, mais aussi la photographie, sont réinventées par le mouvement dada. Les poèmes automatiques « transcris directement, sans réflexion ni reprises », expriment également une spontanéité créatrice. 

 

New York abrite de nombreux artistes exilés pendant la guerre. Marcel Duchamp et Man Ray créent New York Dada, publiée jusqu’en 1921. A Barcelone, berceau de la pensée libertaire, Picabia lance 391, « revue en voyage ». Mais, avec les évènements de la guerre, Picabia rejoint également New York. Man Ray crée une communauté d’artistes libertaires dans le New Jersey et publie la revue anarchisteTNT qui prend le parti des travailleurs contre les industriels qui les exploitent. Une demande pour créer une branche new yorkaise de dada est envoyée à Tzara, chef supposé du mouvement. « Dada n’est ni un dogme ni une école mais plutôt une constellation d’individus et de facettes libres », répond Tzara. 

 

 

                        was ist dada (1)

 

Dada dans la révolution spartakiste

 

En 1917, Richard Huelsenbeck arrive à Berlin, dans un contexte révolutionnaire. Plusieurs milliers d’ouvriers participent à la grève générale contre la guerre et le gouvernement lancée par les spartakistes. Les soldats se révoltent également contre leurs officiers. L’écrivain Carl Einstein et le poète Clément Pansaers s’impliquent activement dans ce mouvement. L’empereur Guillaume II abdique. Ebert et le parti social-démocrate (SPD) prennent le pouvoir. L’insurrection doit permettre de créer des soviets et des comités populaires. Mais le mouvement, trop peu suivi, est rapidement réprimé. Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, figures de la révolte spartakiste, sont assassinés. 

A Berlin, la situation révolutionnaire donne au mouvement dada une impulsion populaire. Les revues se heurtent à la censure. Dada multiplie les interventions publiques en faveur de la révolution. Deux courants se distinguent. Raoul Haussman incarne une tendance clairement anarchiste qui fustige les artistes préoccupés par leur carrière personnelle. Un courant de gauche existe également, plus proche du communisme. Richard Huelsenbeck tente de réaliser une synthèse entre ses deux sensibilités et crée le Club Dada. 

En 1918, les dadaïstes critiquent le régime parlementaire qui remplace l’ordre impérial. La République reproduit l’esprit de soumission, tout comme l’ordre bourgeois, l’Église, l’enseignement, l’armée. Richard Huelsenbeck publie le premier manifeste dadaïste de Berlin sous forme de tract. Ce texte exprime son soutien actif à l’explosion révolutionnaire. « Nous disons oui à une vie qui s’élève par la négation », « Être contre ce manifeste, c’est être Dadaïste ! » indique le texte. 

 

                          3I00468.jpg

 

Une constellation de créateurs

 

Pour Raoul Haussman, toutes les formes artistiques sont reliées. L’architecture, la danse et la poésie participent à une construction globale du monde. Les créations dadaïstes peuvent mêler encre, collage et aquarelle sur papier. Les dadaïstes utilisent particulièrement les illustrés et articles de journaux pour rattacher l’art à la réalité sociale. Toute œuvre est dadaïste lorsqu’elle n’est pas influencée par les valeurs officielles. 

La constellation dadaïste se compose de personnalités exceptionnelles d‘inspiration libertaire. Hannah Höch, artiste féministe, utilise le couteau de cuisine comme une arme sanglante. Johanness Baader multiplie les provocations joyeuses. Otto Gross conçoit la psychanalyse comme un moyen de libérer les individus des structures sociales et patriarcales. Une révolution culturelle, sexuelle, sociale doit dépasser le « conflit avec tout ». 

Les expositions du Club Dada tentent de rompre avec un art contemplatif alors que la priorité est à la révolte. La Foire internationale dada se distingue des diverses expositions artistiques insignifiantes. Au dessus des œuvres des panneaux de couleurs proclament : « Dada pour tous », « Dada est contre la supercherie artistique expressionniste », « Dilettantes, rebellez-vous contre l’art !», « Dada est le contraire de l’inexpérience de la vie », « Dada est du côté du prolétariat révolutionnaire », « Déverrouillez-vous enfin la tête, qu’elle soit disponible aux exigences du temps », « A bas l’art ! A bas la spiritualité bourgeoise », « Dada est la décomposition volontaire du monde des concepts bourgeois ».

 

Huelsenbeck élabore un Dada Almanach. Cette œuvre collective permet de présenter la créativité du mouvement dada à l’échelle internationale, mais surtout permet d’imposer une certaine conception de ce courant artistique. De son côté, la contribution de Tzara permet de présenter l’expression du mouvement dada à Zurich et Paris. Cependant, Huelsenbeck rejette l’art moderne qui ne prend pas le parti de la révolution prolétarienne et se veut distant des problèmes politiques. L’art doit participer à l’expression créatrice humaine pour permettre une transformation de la vie. 

Huelsenbeck s’oppose à Kurt Scwhitters pour des raisons politiques. Mais les deux hommes correspondent à des personnalités différentes. Schwitters semble privilégier une créativité plus ludique et humoristique. Cette ironie inventive subvertit tous les contenus, même politiques. Le texte poétique Anna Blume dérange tous les pouvoirs par son caractère anarchiste et désinvolte. 

Le groupe de Cologne est incarné par Max Ernst qui participe ensuite à l’aventure surréaliste. Max Ernst et Joahaness Baargeld diffusent leur revue, Der Ventilator, dans la rue ou à la sortie des casernes et des usines avant de subir une interdiction. Le titre, Le Ventilateur, se réfère à la mécanique qui régit les usines et la vie quotidienne. Ce journal comprend un texte sur l’intervention du groupe de Cologne pour perturber une représentation théâtrale. Le texte ironise sur « la consommation artistique des bourgeois » et associe le théâtre à «l’embaumement artistique d’une classe dominante ». 

 

                         Dada_SouleveA4.gif

 

Dada dandy à Paris

 

Tristan Tzara arrive à Paris en 1920 et noue des relations avec Breton et Picabia. Manifestations, revues, recueils, intervention et actions diverses rythment l’activité intense de Dada à Paris. Mais, à partir de 1921, les divisions et les querelles personnelles ruinent la dynamique du mouvement parisien. 

Le dadaïsme parisien privilégie la littérature et l’agilité verbale plutôt que l’expression plastique. La revue Littérature et Les Champs magnétiques subissent l’influence de la poésie de Rimbaud et de Lautréamont. 

 

Les dadaïstes privilégient la polémique avec l’institution éditoriale incarnée par Gide et la NRF, Jacques Rivière, Maurice Barrès et le futuriste Marinetti. Cette démarche critique s’inscrit dans le sillage d’Arthur Cravan. Le mouvement futuriste est critiqué dans le tract « Dada soulève tout ». Le procès Barrès révèle le clivage qui oppose Tzara et Breton. Pour le chef de file du surréalisme, il s’agit de dénoncer un écrivain proche des idées socialistes et libertaires qui se rallie à l’idéologie nationaliste. En revanche, pour Tzara et les dadaïstes, toute forme de procès ne peut qu’être tourné en dérision. Ensuite, Tzara privilégie la créativité et refuse la séparation entre les différentes formes d’expression artistiques. En revanche, Breton, et le surréalisme naissant, s’attache à la dimension poétique et littéraire des œuvres. 

 

Le conflit entre Tzara et Breton tourne à la bagarre générale au cours d’une représentation de la pièce dadaïste Cœur à gaz. Breton dénonce une collusion entre les dadaïstes et la police pour expulser les membres du groupe Littérature qui souhaitent perturber la représentation. Mais Tzara conteste cette version des faits. Breton et son groupe créent une revue, La révolution surréaliste, et publient un Manifeste. Selon Tzara, Dada recherche la « sincérité jusqu’à l’anarchie » tandis que les surréalistes tentent banalement de créer une école littéraire et artistique. 

 

                               images--1-.jpg

 

La créativité contre la civilisation marchande

 

Dada irrigue différents mouvements artistiques à travers le monde. Tous les cadres et les contraintes sont remis en cause pour intensifier la créativité et la liberté artistique. Par exemple, tous les matériaux peuvent être utilisés. Dada influence également le constructivisme et l’architecture. 

Les dadaïstes se heurtent à l’hostilité des futuristes, réactionnaires et partisans de la répression sexuelle, mais surtout des nazis. Hitler dénonce la « folie intellectuelle » et « l’art dégénéré » incarnés par dada.

Dada influence évidemment Breton et les surréalistes. Mais son onde de choc frappe plus largement le XXème siècle. En 1960 le manifeste des Néo-réalistes insiste, dans le sillage de dada, sur la créativité et la positivité de l’art. Mais Hausmann et Debord estiment que ce courant désamorce la charge critique de dada qui remet en cause l’art et la société. 

L’idée majeure de la révolte Dada réside dans sa dimension d’émancipation immédiate à travers une pratique libertaire de l’art. « [Dada] veut que la logique soit réduite à un minimum et que la littérature soit destinée, avant tout, à celui qui la fait. […] Ce qui intéresse un dadaïste, est sa propre façon de vivre », estime Tzara. L’art doit être au service de la vie en répandant de la fantaisie quotidienne. La spontanéité et la libération des désirs à travers une pratique artistique doit participer à une transformation de la vie quotidienne. 

 

Les situationnistes apparaissent comme les principaux héritiers du mouvement Dada. En 1954, l’Internationale Lettriste propose «d’établir une structure passionnante de la vie. Nous expérimentons des comportements, des formes de décoration, d’architecture, d’urbanisme et de communication propres à provoquer des situations attirantes ». Dans une lettre adressée à Hausmann, Debord souligne que l’activité situationniste est un « permanent éloge » du dadaïsme. En 1957, Debord publie un Rapport sur la construction des situations qui fonde l’Internationale situationniste. Ce groupe politique veut mettre « la révolution au service de la poésie ». Cette « organisation de la spontanéité créative » que constitue la poésie doit se vivre authentiquement. Pour les situationnistes, la poésie ne consiste pas à se réaliser dans une « œuvre » mais à « se réaliser tout court ». 

Les situationnistes enrichissent la théorie révolutionnaire par une critique radicale de la vie quotidienne inspirée du mouvement dada. La créativité joyeuse, la réalisation des passions et la libération des désirs comportent évidemment une charge subversive contre les contraintes imposées par l’aliénation marchande. Surtout, cette aspiration à vivre pleinement demeure un objectif révolutionnaire.

 

Articles liés :

Raoul Haussman, artiste dadaïste

Critiquer l'art pour passionner la vie

Arthur Cravan: la vie est une aventure

La révolution des surréalistes

Refus global et les avant-gardes artistiques

La psychanalyse contre l'ordre moral

Rubrique "Avant-gardes artistiques et politiques"

 

Pour aller plus loin :

Marc Dachy, Dada et les dadaïsmes

Vidéo : Viva Dada, documentaire diffusé sur Arte le 14 février 2016

Maxime Morel, Dada, aux sources de l'art du XXème siècle ?, sur le site nonfiction.fr

Laurent Margentin, Dada ou la boussole folle de l'anarchisme, revue Lignes n°16, "Anarchies", février 2005, publié sur le site de la Revue des Ressources

Compléments au volume 3 de la nouvelle collection de la revue Dissidences, juin 2008 :

J-P Salles, Présentation du dossier Dada

Iveta Slavkova-Montexier, Détruire le sujet pour construire une communauté nouvelle. Réflexions sur Dada et le politique

Florent Schoumacher, DADA VAINCRA ! Aléas poétiques et politiques du mouvement pré-dada, dada et post-dada

Frédéric Thomas, "Fait-on l'art pour gagner de l'argent et caresser les gentils bourgeois ?" Dada, surréalisme et dynamique de la démoralisation

Documents Dada

Dadaïsme. Histoire et informations sur le mouvement artistique dadaïste

Le groupe de musique contemporain Free Your Folks a créé une chanson intitulée "Dada"

Rédigé par zones-subversives

Publié dans #Avant-gardes artistiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article