Après Oslo, l'ultra droite tentée par la violence

Publié le 8 Août 2011

Après les violences d'un islamophobe identitaire à Oslo, les médias insistent sur un acte isolé qui est l'oeuvre d'un déséquilibré. Cet article (parodique) décrit pourtant l'existence d'une véritable nébuleuse.

 

Les activités de l'ultra droite et de réseaux islamophobes inquiètent les autorités. Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, attire l’attention des médias sur une note des renseignements généraux qui évoque le renouveau de l’ultra droite. Avec la montée du FN dans les sondages, l’ultra droite se développe, ce qui n'est pas sans rappeller la montée du fascisme dans les années 1930. De plus le massacre de Norvégiens par un terroriste proche de la mouvance fascisto-islamophobe peut susciter des vocations selon le ministère. En France cette nébuleuse s’exprime sur des sites internets particulièrement virulents comme fdesouche ou novopress. Les groupes facebook qui développent une haine à l'encontre des musulmans prolifèrent dangereusement. La note des RG insiste sur la résurgence des Ligues, comme dans les années 1930, et des mouvements régionalo-islamophobes. Il s’agit en réalité de la reconstitution sous un autre nom du Bloc Identitaire et d’Unité radicale dont un des militant a tenté d’assassiner le président de la République. Les foyers de néo-fascisme sont partout : ligue du Midi dans le Sud, Nice, intégristes de Bordeaux, région de Lille, Lyon et région parisienne. Les milieux d’ultra droite recrutent également parmi les hooligans, notamment à Lyon, bastion des néo-nazis qui n'hésitent pas à commettre des agressions physiques violentes. Des ramifications de l'ultra droite existeraient même vers le FN, voire l'UMP.

 

Coup de filet

Pour prévenir ce problème les services anti-terroristes ont opéré un véritable coup de filet. La mouvance fascisto-islamophobe francilienne est particulièrement menaçante. Un jeune homme de trente ans a été arrêté. Il sortait du studio d’enregistrement d’une émission d’Alain Finkielkraut, théoricien de l’ultra droite qui insiste lourdement sur la décadence de la France, avec son école et sa culture, liée à l’immigration. Le jeune homme interpellé possède dans le coffre de sa voiture des lectures dangereuses : les œuvres complètes d’Eric Zemmour, des livres de Caroline Fourest et Philippe Val dénonçant la montée de l’intégrisme musulman. Des perquisitions ont été effectué dans les milieux proches de lé nébuleuse de l’ultra droite. Des bibliothèques garnis de livres de Michel Houellebecq et Oriana Falacci mais aussi des journaux qui diffusent des thèses islamophobes. Plusieurs exemplaires du Point, de Marianne et du Figaro sont soigneusement conservés. Des éditoriaux d’Ivan Rioufol, Claude Imbert ou Alexandre Adler sont même archivés.

 

Bibliothèques sulfureuses

Alain Bauer, conseiller du président Sarkozy en matière de sécurité et d’anti-terrorisme, a même déniché les ouvrages théoriques de références de cette nébuleuse. Il est intervenu dans le journal télévisé de TF1, après un passage dans l'émission C dans l'air sur France 5, pour présenter les écrits qui troublent l'ordre public et les fondements de la République. Un livre d’Hugues Lagrange explique notamment que la violence urbaine s’explique par des facteurs culturels. Les polygames qui viennent d’Afrique subsaharienne sont particulièrement dangereux et impliqués dans des actes de violences selon l'auteur de ce brûlot. Le discours du racialisme biologique se diffuse d’une manière inquiétante selon les services de police. Ce n’est pas sans rappeler les sources historiques du fascisme. Mais un petit opuscule est particulièrement visé par le ministère de l’Intérieur. Alain Bauer n’a pas eu de difficultés à se le procurer puisqu’il en est le co-auteur avec Xavier Raufer, ancien militant d’un mouvement néo-nazi. Le livre, Violences et insécurités urbaines, fait un parallèle entre insécurité et immigration à travers des procédés scientifiques douteux.

 

 

 

Cet article est une parodie qui met en parallèle le massacre à Oslo commis par un fasciste avec le traitement médiatique de la « mouvance anarcho autonome ». Des militants révolutionnaires ont fait coulé de l’encre (mais pas encore de sang) pour quelques fumigènes tandis que les médias nient la violence réelle de l’extrême droite. Tous les faits indiqués par l’article sont réel. Mais l’inquiétude exagérée du gouvernement, de la police et des médias sont évidemment de la pure fiction. 

 

 

Pour comparer avec les articles sur la « mouvance autonome », un dossier qui répertorie et permet de lire différents articles de presse existe sur le site Infokiosques 

Sur la banalisation du discours raciste et la « lepénisation des esprits, consulter le site Les mots sont importants 

Sur l’idéologie sécuritaire et la « bande à Bauer », voir les livres et analyses de Mathieu Rigouste 

Rédigé par zones-subversives

Repost 0
Commenter cet article